Saturday, 27 October 2012

Dredd : « Sloooooow motion »




Parlons de violence esthétique... Dredd était un très beau film. À condition d'être capable de faire abstraction du fait que le sujet de ces belles images était un carnage. Je n'en ai été que partiellement capable. En fait, je me suis balancée entre les hauts le coeur et l'émerveillement pendant la moitié du film. L'autre moitié ayant été consacrée au développement d'une histoire.

Intrigue
Rien d'inattendu n'est ressorti de ce film. Les gentils arrivent, trouvent des méchants, les méchants essayent de tuer les gentils (plusieurs fois), puis les gentils finissent par gagner.

Effets spéciaux
Si vous aimez le "slow motion", vous allez adorer ce film. Effectivement, l'intrigue inclue le trafic d'une drogue qui fait en sorte que ses utilisateurs perçoivent le monde au ralenti. Alors l’image est souvent filmée au travers des yeux d’un usager de cette drogue. Ceci donnait donc lieu à un esthétique très intéressant.

Jeu des acteurs
Le personnage principal, Juge Dredd, incarné par Karl Urban, ne retire jamais son casque, et fait toujours la même expression. Alors le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Urban a développé ses muscles faciaux de « monsieur pas content ». Mais on ne peut pas dire qu’il a démontré un quelconque talent d’acteur dans ce film… Olivia Thirlby pour sa part, a eu l’opportunité d’incarner un personnage attachant. Finalement, Lena Headey, dans le rôle de Ma-ma, s’est avérée très convaincante dans le rôle de la méchante fêlée.


Alors Dredd était un film intéressant visuellement, très violent et sans véritable surprise. 

Saturday, 20 October 2012

Total Recall : Alerte à la crédibilité




Total Recall a lieu dans un univers post-apocalyptique où seul l’Angleterre et l’Australie sont encore des endroits viables. Les habitants d’Australie traversent la terre en passant par son centre chaque jour, en une heure trente minutes, afin de se rendre au travail. Dans cet univers, la mémoire peut être altérée et même créée de toute pièce. Déjà là, la mise en contexte est lourde et peu crédible. Vraiment? Passer au centre de la terre qui est en fusion? Une fois qu’on se dit, c’est impossible, mais ça n’est pas grave, on peut commencer à apprécier le film.

Intrigue
L’essence même du concept selon lequel on joue dans la mémoire du personnage principale, donne lieu à des moments de doute et à plusieurs rebondissements. Il est difficile de faire la différence entre ce qui est vrai ou faux, mais c’est intriguant et ça tient en haleine.

Effets spéciaux
Les effets spéciaux étaient excellents. Par contre le contexte lui-même, selon lequel un moyen de transport permet aux individus de traverser la terre en une heure trente, est peu crédible. Quand en plus, les héros du film sortent de ce moyen de transport et se promènent dessus pendant qu’il est en mouvement, je n’y crois plus. Simplement parce que, ce sont des êtres humains normaux. Dans un univers où les personnages sont capables de faire des actes surhumains, ils doivent être des surhumains. Mais s’ils sont normaux, il ne faut pas qu’ils fassent ce genre d’exploits! J’ai décroché à ce moment…

Jeu des acteurs
Colin Farrell était très bons dans le rôle du gars qui ne se souvient plus qui il est. Mais mon coup de cœur était  Kate Beckinsale. Autant elle est médiocre chaque fois qu’elle incarne Selene dans Underworld, autant je l’ai apprécié dans le rôle de la méchante au double visage. Déception cependant : Jessica Biel. Elle était fade et donnait une impression de déjà vu. Son jeu était exactement le même que dans le film Blade : Trinity.


Bien que le Directeur semble avoir eu de la difficulté à décider s’il souhaitait faire un film crédible ou incroyable, c’était divertissant et l’intrigue était forte. Pour moi, ça n’est pas un incontournable de 2012, mais si vous avez une soirée de libre, ça peut valoir la peine.

Saturday, 13 October 2012

The Dark Knight Rises : À la hauteur des deux volets précédents?




Le troisième volet tant attendu du « Dark knight », dirigé par Christopher Nolan!
Quand il a produit Inception avec Warner Bros. Picture, les fans de Batman ont eu peur que le troisième volet du Chevalier Noir ne soit pas dirigé par Christopher Nolan. Effectivement, celui-ci avait signé un contrat pour trois films avec la boîte de production. Heureusement, un quatrième film s’est ajouté à la liste et les fans ont eu droit à leur 3e volet de Batman, dirigé par Nolan.

Intrigue
J’ai été surprise de voir qu’il y avait quelques longueurs. À certains moments, j’avais l’impression que je ne savais pas où le film allait avec tel ou tel élément et que c’était long. Mais, le dénouement du récit m’a agréablement surpris puisque je ne m’y attendais pas.

Effets spéciaux
Les effets du film étaient très intéressants tout au long de celui-ci. Mais rien de nouveau n’a sauté aux yeux. Ce qui, dans un sens, est une bonne chose. Lorsque les effets spéciaux sortent trop de l’écran, nous sommes impressionnés par les effets et non par le film. Mais dans ce cas, le récit n’a pas été alourdit.

Jeu des acteurs
Personnellement, je n’ai jamais été une adepte du Batman de Christian Bale, mais je dois admettre qu’il est tout de même très bon acteur. Marion Cotillard était aussi excellente dans son rôle et a hautement contribué à mon appréciation du dénouement du film. Le personnage qui a suscité le plus de curiosité était celui de la Femme Chat. Nous sommes habitués de voir Anne Hathaway dans des rôles de comédie romantique ou de drame. Mais la femme chat se doit d’être très sensuelle, indépendante et hypocrite, ce qui fait que plusieurs fans avaient très peur de voir son interprétation de ce rôle. Heureusement, Anne Hathaway a fait taire les septiques car elle était excellente dans ce rôle. Bien que la félinité de son interprétation fût moins littérale que celle de Michelle Pfeiffer, l’essence « chat » a été ressentie.


Les attentes étaient élevées, et elles n’ont pas été surpassées. Elles ont été atteintes de peu. Le film était bon, mais après les volets un et deux, je n’ai pu m’empêcher d’avoir l’impression que le troisième n’était pas aussi fort. Mais somme toute, quand même un bon film.

Tuesday, 9 October 2012

The Amazing Spider-man : Effectivement incroyable




Quand je suis allée voir The Amazing Spider-man, j’y allais sans être trop certaine d’en avoir envie. La dernière adaptation cinématographique du personnage de Peter Parker était trop fraiche à ma mémoire, l’acteur principal à l’air d’un enfant… Meh, on dirait que ce film a été refait seulement pour pouvoir jouer avec du 3D. Et pourtant, j’ai été agréablement surprise. Premièrement, l’univers de « Spider-man » n’est pas le même que celui de « The Amazing Spider-man » et celui de ce dernier est définitivement plus intéressant et intriguant. De plus le film dépeint un portrait plus fidèle à la bande dessinée originale. Et ça, c’est quelque chose que les vrais fans apprécient d’un film basé sur un « comic ».

Intrigue
Le fait que cette adaptation était tirée fidèlement de la bande dessinée « The Amazing Spider-Man », et non un hybride entre les deux univers comme c’était le cas dans l’adaptation qui mettait en vedette Tobey Maguire, donnait déjà un avantage au film. Bye-bye Mary-Jane, typique demoiselle en détresse, bonjour Gwen Stacy, fille du chef de police, intelligente et délurée!   

Effets spéciaux
Une fois ma crainte que le film ai été fait seulement pour jouer avec du 3D neutralisée par la qualité de l’intrigue, j’ai pu apprécier le fait que, effectivement, on s’est bien amusé avec le 3D. Il est vrai que le personnage de Spider-Man offre des opportunités 3D très intéressantes, et bien que celle-ci aient été exploitées à leur maximum, elles n’ont pas été sur-jouée. Vous savez, quand nous avons ce sentiment en regardant un film, que la moitié des scènes ont été sélectionnée simplement pour impressionner les gens qui ne sont pas encore habitués au 3D? Bien heureusement, ça n’était pas le cas dans ce film. L’usage était de bon goût.

Jeu des acteurs
J’ai un parti pris pour Emma Stone. Une fois de plus, je l’ai adoré. Autant elle et son jeu, que son personnage. La surprise pour moi, était Andrew Garfield. Tel que mentionné, je trouve qu’il a l’air d’un enfant et je ne l’avais jamais vu dans aucun autre personnage avant. Je ne m’attendais donc pas à ce que son jeu soit très mature.  Pourtant, ce film nous donne l’opportunité de découvrir un Peter Parker qui, malgré son jeune âge, a la profondeur qu’il se doit d’avoir compte tenu de son passé.


Le « blockbuster » tant attendu de l’été m’a plut malgré mes réticences, et je me prends même à espérer une suite!

Saturday, 6 October 2012

Snow White and the Huntsman : C’est beau, et puis après?




Snow White and the Huntsman est un film d’action et d’aventure qui cible un peu plus les femmes. Ce qui fait qu’avec la campagne marketing de ce film, qui était directement ciblée vers les filles comme moi, j’étais toute émoustillée. Mes attentes de femmes étaient donc très élevées. Je m’attendais à de l’action oui, mais un peu plus raffinée. Je m’attendais à une intrigue bien ficelée, mieux qu’un film d’action de gars habituel. Et je m’attendais aussi à ce que mon côté fille, qui rêve de l’Amour avec un grand A, soit contenté. Donc, les attentes étaient nombreuses et malheureusement, elles n’ont pas été rencontrées. C’était un film très esthétiquement recherché, mais la majorité de ses aspects nous donne l’impression d’avoir été laissé en suspend. Ce qui nous donne le sentiment de ne pas avoir été complètement rassasié.

Intrigue
L’histoire est bien connue et on ne s’attendait pas à ce qu’elle soit aliénée, mais elle n’a pas pour autant été revisitée de façon très élaborée. Le seul changement majeur se retrouve dans le titre. Et oui, la princesse tombe en amour avec le chasseur. Si vous ne l’aviez pas deviné, vous méritiez qu’on vous gâche la surprise…

Effets spéciaux
Un élément qui ne m’a pas déçu, se sont les effets spéciaux. Le traitement graphique est magnifique. Seulement pour ça, le film vaut la peine d’être vu au grand écran. Le miroir qui se liquéfie, les armures qui volent en éclats cristallins, les couleurs qui rendent tout plus naturel. Le visuel est tout en finesse et pour sa part, ne nous laisse pas une impression d’œuvre inachevée.

Jeu des acteurs
J’aime les films dans lesquels Kristen Stewart joue, mais je n’aime pas Kristen Stewart. Son jeu me déconcentre. Et une fois placée au côté du reste de la distribution, son manque de profondeur est tout simplement flagrant. Chris Hemsworth est si crédible dans son rôle de bucherons au cœur brisé et je ne mentionne même pas Charlize Theron qui est tout simplement extraordinaire dans le rôle de la cruelle reine. Décidément, rien pour aider Kristen.


Bien que le traitement graphique et les effets spéciaux soient parfait et que le jeu de la majorité des acteurs soit excellent, l’histoire et les développements du films ne nous amènent pas là où ils auraient pu. Snow White and the Huntsman est intéressant, mais peu divertissant et nous laisse sur notre faim.

Tuesday, 2 October 2012

The Avengers : Tant attendu




The Avengers était probablement le film que j’ai attendu le plus longtemps de ma vie. Le premier teaser de ce film est sorti avec Iron man en 2008, et c’est en 2012 que The Avengers arrive enfin en cinéma. C’est quatre ans à nous agacer au sujet de la sortie d’un film ça! Alors le weekend de la sortie, alors que j’étais en ligne pour le voir, la seule chose à laquelle je pensais était : ENFIN!!! Est-ce que le film en valait l’attente? Selon moi, oui! Ce film n’a pas été surprenant comme tel, mais après quatre ans d’attente, ça n’est pas nécessairement ce que nous recherchons. En fait, ce qu’on recherchait, c’était un film d’action, avec des explosions, des guerres d’égo de gars, et des blagues de geek. Et c’est ce que le film donne! Le genre de film bonbon pour les garçons, un peu à la Transformers, mais en mieux!

Intrigue
L’intrigue n’était pas des plus poussée. En fait, elle était même assez de base. Les rebondissements n’étaient pas très inattendus. Quoique, j’ai tout de même été surprise une fois, par une des interventions de Black Widow.

Effets spéciaux
Les effets spéciaux étaient amusants. Sans tomber dans le Michael Bay, les fans d’explosion seront satisfaits.

Jeu des acteurs
Autant de têtes d’affiche dans une seule production peut toujours être risqué. Plusieurs personnages très forts, joués par des acteurs qui prennent de la place à l’écran ont été combinés et malgré tout, il n’y a pas eu de lourdeur dans les jeux. Les égos des acteurs n’ont pas supplanté ceux des personnages ce qui fait que le sarcasme et le comique de leur disputes à bien transparu à l’écran. Surprise de la distribution? Loki! Tom Hiddleston est un bon vilain. Ou plutôt, un bon vilain intermédiaire. Mais je ne m’avancerai pas plus sur ce terrain sinon je pourrais vous gâcher la surprise.


The Avengers, un vrai film de gars qui nous donne envie d’une suite. Ce qui est très surprenant considérant qu’il est l’apogée d’un total de 5 films : 3 Iron Man, 1 Captain America et 1 Thor. Et non, nous ne sommes pas encore lassés!